Nathalie Suisse

Instantane1_rondcourt

Nathalie Suisse

de Lausanne | Créatrice de Slow Fashion !

Maman d’Agathe (1997), Céline (1999) et Eric (2003)

Visiter le site de Nathalie   Voir le profil de Nathalie

bleu_ajoureEn quelques mots, décrivez votre activité, ce que vous proposez : Je crée des vêtements et des accessoires tricotés/crochetés en pièces uniques pour les femmes modernes qui veulent sublimer leurs atouts et se sentir portées par leurs tenues.

 

Mon parcours : Passionnée par les personnes, j’ai fait des études de psychologie et j’ai travaillé dans la recherche et dans la formation. L’envie de créer m’a ensuite rattrapée et je développe ma marque ModeMaille depuis 2004.

Le déclic pour créer mon entreprise : Quand trop c’est trop: pour lutter contre les ordres sans raison, les façons de faire absurdes au nom de l’habitude, l’effacement de la personne derrière la tâche, l’uniformisation des idées et des looks, les dictats de la mode, le mépris de la différence, ….

Qu’appréciez-vous le plus dans votre métier ? Le rayonnement d’une femme qui adopte une de mes créations.

bleu_dev1

Comment je gère mon activité professionnelle et mon rôle de maman : Je suis devenue une championne du nomadisme, emmenant partout mes tâches au gré des activités des enfants.

En quoi est-ce important pour moi de garder une activité professionnelle en même temps que d’être maman : Une journée sans création est une journée de perdue, une journée où le banal et l’uniformisation vient cacher la beauté lumineuse de chaque femme.

Mon outil de travail : Le fil et les aiguilles.

Qu’est-ce que les clients peuvent trouver d’unique chez moi qu’ils ne trouvent pas ailleurs : Chez ModeMaille, vous pouvez trouver A LA FOIS des modèles tous uniques et modulables, des matières premières et une finition de qualité, une écoute et un service personnalisés, des prix corrects et abordables pour le plus grand nombre.

camel_ajoureUne anecdote :

C’était lors d’un marché artisanal dans un château. J’avais un stand tout en haut sur la coursive (2 volées d’escalier sans ascenseur). Je vois arriver une dame avec une béquille qui visiblement avait eu du mal à monter jusque là. Je lui propose de s’assoir sur ma chaise pour reprendre son souffle après cette rude montée. Elle s’assied timidement, sort de son petit sac en plastique une veste qu’elle m’avait achetée l’année précédente. Et elle me dit: « Je l’ai prise pour vous la montrer parce que je pensais que vous ne vous souviendriez plus de moi. Je voulais vous dire: quand je vous l’ai achetée l’année dernière, je devais entrer le lendemain à l’hôpital pour une grave opération et je me suis dit que je méritais bien un petit cadeau pour me donner du courage. Je l’ai porté dans mon lit pendant toute mon hospitalisation (comme une liseuse, vous savez ce que c’est?). Elle m’a apporté de la chaleur, mais aussi de la douceur et de la tendresse, de l’indulgence vis-à-vis de moi-même et beaucoup de compliments de la part du personnel soignant. Je tenais à revenir cette année pour vous remercier pour ce cadeau d’amour et de soutien que vous m’avez fait. Grâce à cette veste, vous m’avez encouragée et portée vers la guérison. » Et elle est repartie tout discrètement sans même laisser son nom. Elle était venue dans ce château et avait monté toutes ces marches rien que pour me transmettre sagratitude. C’est une rencontre qui m’émeut encore quand j’y pense.

flyers_modemaille

logo_200

Le portrait chinois de Nathalie

Tolérance

Je suis contre les dictats de la mode: il n’y a pas de silhouette idéale dans l’absolu, ni en largeur, ni en hauteur. Chacune est belle parce qu’unique, le monde serait trop ennuyeux s’il n’était peuplé que de clones!

Le Bambou

C’est une plante fascinante par sa façon de pousser, par la robustesse de ses tiges dont on peut faire des charpentes et des objets, et par le fil doux et soyeux, léger pour la belle saison et anti-fongicide (idéal pour les chaussettes) qu’elle nous offre. Le must: tricoter un top en bambou avec des aiguilles en bambou!

Le mouton bien sûr

Il y a une petite île le long des côtes françaises, je ne sais plus laquelle, où les moutons vivent en liberté 9 mois par an. Ils sont ensuite réunis au printemps -avant les naissances- et chaque propriétaire vient chercher son et ses moutons. Cela va de l’exploitation avec sa fourgonnette pleine de moutons à la petite mamie qui repart à pied en trainant son unique mouton récalcitrant derrière elle. Ils vivent près des habitations le temps de les tondre, de donner naissance aux petits et de les marquer, puis ils repartent vivre leur vie. Trop bien non?

La petite fleur bleue du lin, gracieuse et si emblématique de ce fil tellement confortable en été.

Aucun commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Nous contacter

Envoi en cours...

© 2017 Association suisse des Mampreneurs. Mise en ligne par Siiimple.

Se connecter

ou    

Oubli de mot de passe ?

X