FAIRE UN DON DEVENIR MEMBRE

Donner à la prochaine génération les moyens d’être plus équitable

 

(Article de Carol Hagh  paru dans la Harvard Business Review et traduit de l’anglais avec l’aide de DeepL.com. Photo de William Fortunato provenant de Pexels)

 

Nous voulons que nos enfants soient heureux, qu’ils réalisent leur potentiel et qu’ils vivent une vie épanouissante. De plus en plus, et surtout dans le contexte actuel de sensibilisation aux inégalités, nous aspirons également à ce qu’ils fassent partie d’une société juste et équitable. Observons la façon dont les préjugés se développent dès le début de la vie.

Rien qu’aux États-Unis, environ 8 milliards de dollars par an sont dépensés en formation pour réduire les préjugés inconscients sur le lieu de travail, et pourtant les biais persistent. La “suppression” des préjugés inconscients est particulièrement difficile à réaliser. Dans son livre What Works, Iris Bohnet cite une étude menée sur 30 ans dans des entreprises de taille moyenne aux États-Unis, qui a montré que les investissements importants dans la formation sur les préjugés inconscients n’avaient pas entraîné une augmentation des niveaux de diversité. Cela suggère que les préjugés ont un impact à long terme et sont difficiles à changer à l’âge adulte. Si nous devons continuer à investir pour les réduire, nous pouvons avoir un impact plus important en intervenant dès l’enfance, avant que les préjugés n’aient la possibilité de s’installer.

L’impact des role models

Selon les estimations actuelles, il faudra probablement 108 ans pour parvenir à l’égalité entre les sexes, à moins que nous ne changions notre approche. Une opportunité importante réside dans notre capacité à influencer les attitudes des garçons, qui restent plus susceptibles d’occuper des postes de pouvoir une fois adultes. Une étude récente portant sur 29 pays a montré que pour les garçons, les modèles familiaux peuvent fortement influencer les attitudes égalitaires à l’âge adulte.

L’étude a également révélé que l’impact de la mère en tant que modèle de rôle avait une influence différente sur les garçons et sur les filles. Pour les filles, les modèles féminins ont joué un rôle important dans l’augmentation de la participation et de la réussite professionnelles, mais il est crucial qu’elles aient pu obtenir cette influence de divers modèles féminins – pas toujours nécessairement de leur propre mère. Les garçons ont été plus fortement influencés dans leur carrière par des modèles masculins, mais ont acquis des attitudes plus égalitaires grâce à une mère qui travaille. Les garçons élevés par des mères qui travaillent sont plus susceptibles d’apprécier l’accomplissement professionnel des femmes et d’épouser des femmes actives. Il est intéressant de noter que les garçons n’ont pas été fortement influencés par des modèles féminins autres que leur propre mère.

Une autre étude s’est concentrée sur les messages non verbaux du comportement parental, qui se sont avérés avoir un impact significatif sur les attentes des enfants concernant leurs ambitions et leurs réalisations, ainsi que sur leur perception de ce que les autres peuvent accomplir. En matière d’attitudes égalitaires, il ne suffit pas de dire aux enfants “faites ce que je dis, pas ce que je fais”.

Alors, que pouvons-nous faire ? Voici trois façons d’influencer des attitudes plus égalitaires chez nos enfants :

1. Éviter de perpétuer les stéréotypes de genre à la maison.

En 2019, l’Organisation internationale du travail a constaté que les femmes à travers 75 pays effectuent plus des trois quarts des soins non rémunérés. Cette inégalité est exacerbée dans la pandémie, avec des rapports décourageants selon lesquels une quantité disproportionnée de tâches ménagères et de cours à domicile semble avoir un impact sur les femmes.

Une approche réfléchie permet de créer un environnement où les enfants peuvent voir des modèles égalitaires. C’est le bon moment pour être intentionnel et discuter ouvertement de la répartition des tâches ménagères et de la garde des enfants. Il est facile de supposer les attitudes des deux partenaires, mais la conversation peut parfois être surprenante. C’est parfois un sujet chargé d’émotion, d’autant plus qu’il peut y avoir des perceptions différentes de la quantité de travail de chaque partenaire. Par exemple, le New York Times a noté que les hommes ont l’impression de faire 45 % du travail à domicile pendant la pandémie, alors que leurs épouses ont l’impression que ces mêmes hommes n’en font que 3 %. Ouvrez donc la conversation sur un ton neutre, en ne parlant pas seulement de la garde des enfants mais aussi d’activités plus traditionnellement “masculines”, comme le sport des enfants, les travaux de jardinage ou les problèmes de technologie à la maison.

Cela s’applique également aux tâches ménagères des enfants. Les garçons sortent-ils les poubelles et les filles chargent-elles le lave-vaisselle ? Cela reflète-t-il les rôles des parents ?

C’est aussi le moment de s’interroger sur ce que sera le “suffisamment bien” dans le ménage. La société exerce une forte pression sur les femmes pour qu’elles maintiennent une maison “propre” et elles sont souvent jugées pour cela, alors que les hommes ne le sont pas. Avec peu de visiteurs pendant une pandémie, c’est le bon moment pour vérifier si nous, en particulier les femmes, devons nous valoriser de cette manière et décider consciemment que certains travaux n’ont tout simplement pas besoin d’être faits aussi bien ou aussi souvent.

Enfin, considérez les jouets et les livres de votre maison. Les livres que vous lisez présentent-ils des personnages masculins et féminins ? Tous les dinosaures sont-ils des hommes et tous les poneys des femmes ? Tous les personnages “forts” sont-ils des hommes ? Les personnages féminins sont-ils les seuls à exprimer des émotions ?

2. Parlez avec vos enfants de la hiérarchie des sexes à l’école.

L’égalité dans l’environnement familial peut également contrebalancer l’inégalité dans l’environnement scolaire. Aux États-Unis, environ trois quarts des enseignants sont des femmes, selon la National Education Association. Mais seulement la moitié des directeurs d’école primaire sont des femmes, et ce pourcentage tombe à seulement un tiers dans le secondaire, ce qui reflète le plafond de verre dans l’éducation. Ce n’est pas seulement le cas aux États-Unis : dans presque tous les pays de l’OCDE, on constate que les enseignants du primaire, moins bien payés, sont plus souvent des femmes que les enseignants du secondaire, mieux payés. Les femmes représentent moins de 50 % dans l’enseignement supérieur. Les enfants sont éduqués dans un environnement où la majorité des enseignants sont des femmes, mais où la majorité de ceux qui occupent des postes de direction et des postes mieux rémunérés sont des hommes.

3. Encourager les matières “non traditionnelles” pour tous les enfants

L’implication étroite des parents dans l’enseignement à domicile crée une opportunité d’encourager l’intérêt des enfants pour des sujets différents. Voici quelques idées : trouver des vidéos YouTube sur des sujets pertinents (comme des expériences scientifiques) à regarder ensemble, poser plus de questions sur les travaux scolaires dans ces matières, rechercher des modèles des deux sexes en ligne, et féliciter consciemment les réalisations dans ces matières plus que dans les autres.

Une étude réalisée en 2019 au Royaume-Uni a montré que les garçons sont deux fois plus nombreux que les filles à s’être vu suggérer une carrière dans les technologies et que 70 % des emplois menacés d’automatisation sont occupés par des femmes.

La même étude a noté que 78 % des adolescents plus âgés et des jeunes adultes étaient incapables de citer une femme célèbre travaillant dans le domaine de la technologie. Une meilleure connaissance des role models dans notre société a un impact sur les aspirations des filles et les attitudes des garçons à l’égard de l’égalité et de la réussite des femmes.

Les mères peuvent donner envie à leurs filles de réussir et ont une influence unique sur l’attitude de leurs fils vis-à-vis de l’égalité des sexes. Prendre des mesures pour être des modèles égalitaires, réduire et renégocier les tâches ménagères et être attentif aux préjugés sexistes dans les livres et les jouets pour enfants peut faire la différence. S’il peut sembler difficile d’ajouter aux changements déjà spectaculaires que beaucoup d’entre nous ont connus pendant la pandémie, toutes les petites mesures que nous prenons pour favoriser une plus grande égalité au sein de la prochaine génération contribueront à créer une société meilleure, plus productive et plus juste.

0 Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© 2021 Association suisse des Mampreneurs. Made by Unyque.ch et Siiimple  avec | Vidéo © Free Stock Video

 

Nous contacter

Sending

Connectez vous à l'aide de vos identifiants de Mampreneur

Forgot your details?