FAIRE UN DON DEVENIR MEMBRE

Et la relation? Bordel!

Les réseaux sociaux se sont immiscés dans nos vies il y a une quinzaine d’année et se sont fait leur place. Une place tellement prépondérante qu’il est devenu impensable d’avoir un business sans présence sur les réseaux sociaux.

Avec les réseaux sociaux, ce qui était connu et utilisé principalement par les grands pontes du business, à savoir le réseautage, s’est démocratisé. Je ne sais pas vous, mais j’ai l’impression que la notion même de l’importance d’avoir un réseau professionnel étoffé m’est apparue il y a moins de 10 ans.

Tout ça, c’est très bien. Reste le soin de la forme.

Tout le monde réseaute, mais clairement pas tout le monde sait réseauter. Et ça devient agaçant!

Réseauter implique AVANT TOUT de créer un lien humain.

Tous les experts en réseautage vous le diront, et toute personne normalement constituée le sait intuitivement.

Sur LinkedIn, le réseau digital professionnel par essence, le principe est (ou était?) de se connecter avec des personnes connues “pour de vrai” ou au 2e degré pour matérialiser cette grande toile d’interrelations qui nous met à trois poignées de mains de toute personne sur le globe. L’art de la connexion passe par un message qui accompagne la proposition de se “linker”, puis (selon moi du moins), l’invitation à faire connaissance vraiment, par le biais d’un café par exemple. La technologie aidant, on peut voir et parler avec une nouvelle relation à Tombuktu sans sortir de chez soi.

De plus en plus souvent, les propositions commerciales fusent à peine la connexion acceptée. NON! Ce n’est pas comme ça qu’on réseaute! Ce n’est pas comme ça qu’on acquiert de nouveaux clients! Le réseautage, tout comme la vente d’ailleurs, est une histoire d’humains, de relations, de liens qui créent de la confiance. C’est une histoire où on s’intéresse à l’autre, on apprend à connaître ses qualités et ses besoins, on donne. Et finalement, si nos qualités correspondent à ses besoins exprimés, on peut proposer notre aide sous forme d’offre commerciale.

Sans tout ça, on est plus dans un format de viol. Pas de rencontre, pas de consentement, juste imposer son désir à l’autre sans se soucier de ce qu’elle/il veut. En 1979 sortait “Et la tendresse? Bordel!”. En 2020, j’ai envie de crier “Et la relation? Bordel!”

 

0 Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© 2020 Association suisse des Mampreneurs. Made by Siiimple et Unyque.ch avec | Vidéo © Free Stock Video

 

Nous contacter

Sending

Connectez vous à l'aide de vos identifiants de Mampreneur

Forgot your details?